Surpoids, un facteur de risque du cancer

Quel est le lien entre surpoids et cancer ? Quels types de cancer sont favorisés par l'obésité ? Le Dr. Luc Bodin vous apporte des éléments de réponse ainsi que des solutions pour limiter ce risque de cancer.

Article de

Dr. Luc BODIN

Apprenez à vivre libre et autonome dans l’épanouissement de son être

Il est maintenant prouvé qu’un surpoids est un facteur de risque pour le cancer…

Ainsi, une obésité associée à la sédentarité serait responsable de  25 à 30% des cancers du sein, de l’utérus (endomètre), du rein, de l’œsophage et du côlon. Cela représente environ 25 000 cancers par an en France. Nous pouvons y ajouter les cancers de la prostate, de la thyroïde et même de la vésicule biliaire. C’est dire les répercussions dramatiques que représente un surpoids en matière de cancérologie.

Les conséquences du surpoids

Il est difficile de déterminer la responsabilité exacte du seul surpoids sur la cancérogenèse, parce qu’il est toujours intriqué à une sédentarité et à de mauvaises habitudes alimentaires qui sont également des causes reconnues du cancer.
Cependant diverses études (dont l’étude A.G. Reneham) montrent tout de même qu’un surpoids de 15 kg chez un homme augmente son risque de cancer de la thyroïde de 33%, du côlon et du rein de 24%, de la peau (mélanome) de 17% et du rectum de 9%. Chez la femme, un surpoids de 13 kg augmente son risque de cancer de l’utérus (endomètre) et de la vésicule biliaire de 59%, du rein de 34%, du sang (leucémies) de 17%, de la thyroïde de 14%, du sein après 50 ans et du pancréas de 12% et du côlon de 9%.

Cependant, je ne peux affirmer l’exactitude de ces chiffres, n’en connaissant pas totalement les sources. Mais ce qui est sûr, c’est que nous retrouvons toujours le même genre de résultats dans les différentes études effectuées sur le sujet.

Les raisons du surrisque sont multiples.

La première raison évoquée pour expliquer le surrisque dû au surpoids dans le cancer, est que l’excès de kilos est responsable d’une usure plus rapide de l’organisme ce qui induit une inflammation chronique et un renouvellement cellulaire plus rapide. Les erreurs de transcription de l’ADN sont alors plus nombreuses et des mutations cancérigènes ont plus de (mal)chance de se développer.

La seconde raison est que le tissu graisseux (adipeux) fabrique des hormones et des facteurs de croissance. Or, ce sont des substances favorables au développement des cancers.

De plus, un surpoids s’accompagne aussi d’un excès de toxines, souvent des radicaux libres, qui s’accumulent dans l’organisme. Or, nous savons que ceux-ci peuvent déclencher des mutations sur l’ADN potentiellement cancérigènes lorsqu’ils pénètrent à l’intérieur des cellules.

À cela s’ajoutent des raisons locales, comme une obésité (souvent abdominale) favorise les reflux de l’acidité gastrique vers l’œsophage et donc à long terme, un cancer. Ou encore, une obésité produit souvent une stéatose hépatique (inflammation chronique du foie) du fait d’une alimentation trop riche (graisses et sucres) qui pourra également dégénérer en cancer du foie.

À toutes ces explications s’ajoutent les raisons liées à la mauvaise alimentation (excès de sucreries, de graisses saturées, insuffisance de fibres, de fruits et de légumes) et à la sédentarité (non-élimination des déchets hors de l’organisme). Je ne parle même pas du problème du tabac et de l’alcool qui sont souvent surajoutés aux phénomènes de surpoids et de sédentarité…

Des solutions

Maintenant que faire pour limiter ce surrisque lorsque l’on a un problème de poids ? Bien sûr : maigrir ! Mais ce n’est pas toujours facile à  faire. Aussi, faut-il commencer simplement par reprendre un peu d’exercice, par exemple de la marche, du vélo, de la gymnastique, de la natation, à raison de 20 à 30 minutes par jour ou 3 heures par semaine.

Ensuite, il est impératif d’arrêter (ou au moins de bien limiter) l’alcool, les fritures, les graisses animales et les sucreries. Il faudra les remplacer par de nouveaux aliments inspirés du régime méditerranéen qui est protecteur contre le cancer, comme les fruits et légumes frais, les légumes secs, le poisson, l’huile d’olive…

À tout cela, il est possible d’y adjoindre des aliments qui seront de bons appuis pour prévenir le cancer comme l’ail, le curcuma, le thé japonais, la sauce tomate, les agrumes…

Dr Luc Bodin


Ceci pourrait aussi vous intéresser :




0 Commentaires/
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − dix =

LA NEWSLETTER

Ne ratez aucun événement BeBooda en vous inscrivant à notre newsletter