L’aromathérapie : une science subtile !

Article de

Alain Huot

Maîtrisez l'aromathérapie afin d'en faire un outil de santé naturel et efficace

L’aromathérapie ne s’improvise pas et il y a des principes de base à connaître.

De même qu’en apprenant le code de la route et en suivant quelques heures de cours de conduite, nous pouvons être de bons et prudents conducteurs, il est possible en apprenant la « grammaire » des huiles essentielles et en connaissant leur usage, d’être des utilisateurs avertis et efficaces.

La science des huiles essentielles est précise et délicate. Heureusement, elle est désormais prise au sérieux par les scientifiques et les chercheurs et bénéficie d’études solides.

Prenez l’exemple du Romarin : à la base, une plante et finalement 3 finalités thérapeutiques !

Car celui qui pousse au Maroc n’a ni le même environnement, ni les mêmes contraintes, ni les mêmes types d’agents agresseurs que son homologue qui pousse en Provence ou en Corse.

Lorsque vous prenez une infusion de romarin, la concentration des principes actifs et l’origine de la plante ne peuvent pas engendrer d’effets indésirables. Il en est tout autre pour les molécules les plus puissantes que la nature a offert au végétal pour se défendre et que l’homme a concentré sous forme d’huile essentielle.

  •  Deux à trois gouttes d’huile essentielle de romarin venant du Maghreb (romarin à cinéole) est un superbe remède pour les problèmes ORL, à respirer sur un mouchoir ou à prendre en bouche avec un peu miel d’acacia par exemple.
  •  Si c’est votre foie qui est surchargé parce que votre organisme a emmagasiné trop de toxines, alors c’est le romarin venant de Corse qui fera le job (romarin à verbénone). Une goutte matin et soir pendant trois semaines dans une cuillère à café huile d’olive à prendre en bouche, pour permettre à votre filtre hépatique d’éliminer au mieux tous les déchets.
  •  Avec le temps qui passe, pour la majorité d’entre nous, les articulations deviennent sensibles. Alors, pour soulager les douleurs arthrosiques, rien de mieux qu’une friction avec 2 ou 3 gouttes d’huile essentielle de romarin venant de Provence (romarin à camphre)diluées dans de l’huile végétale de millepertuis.

En d’autres termes, pour celles et ceux qui n’ont pas connaissance de ce que les spécialistes appellent le chémotype (race chimique en fonction de l’origine géographique de la plante), cela peut vite devenir dangereux. Par exemple, donner du romarin à camphre à un enfant est néfaste à son système nerveux…


Ceci pourrait aussi vous intéresser :




0 Commentaires/
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × un =

LA NEWSLETTER

Ne ratez aucun événement BeBooda en vous inscrivant à notre newsletter